Distillerie Montjoie, des alcools made in Manche

Léa Kazmierczak

Fondatrice de la distillerie Montjoie

Photo
Photo, © Xavier Lachenaud

Du haut de ses 25 ans, Léa s'est lancée un pari fou après ses études : ouvrir une distillerie ! C'est à Gavray, près de là où elle a grandi, qu'elle a trouvé son bonheur pour développer son affaire. Avec son unique alambic, elle produit du Gin, du Pastis et des liqueurs où les saveurs sont choisies selon la saison. Rencontre avec cette jeune entrepreneuse qui a de l'énergie à revendre et des idées plein la tête ! 

Son parcours

Léa a réalisé un BTS au lycée agricole de Saint-Lô puis elle est partie à Rennes pour intégrer une école d'ingénieurs. Pendant ses études, elle a pu réaliser son apprentissage dans d'importantes entreprises de l'agroalimentaire comme Lactalis ou Savencia. Puis, au cours de son parcours, elle a fait un stage dans une distillerie bretonne où elle a découvert cette activité.

Photo
Photo, © Xavier Lachenaud

Pendant mon stage en distillerie, j'ai eu un véritable coup de cœur pour le process. J'aime beaucoup l'aspect technique de la distillerie. Je me suis dit que j'allais me lancer après mes études, c'était le moment ou jamais ! Je n'ai pas d'impératifs familiaux et l'expérience acquise durant mon apprentissage limite le risque encouru. 

Léa a ensuite travaillé un an sur son projet entre la recherche d'un local, les différents dossiers (notamment auprès de la douane de Caen), trouver un alambic... Sa distillerie "Montjoie" a ouvert le 10 décembre 2022 à Gavray ! 

L'histoire du nom

Le nom "Montjoie" est un nom à tiroir. La distillerie est située rue Saint Denis, ce qui a fait penser à Léa, dans un premier temps, à la référence historique "Montjoie ! Saint Denis !" Expression autrefois utilisée comme cri de guerre par les armées des rois de France.

Et elle trouvait que "ça sonnait bien" car le nom regroupe à la fois "la joie" qui peut être associée à l'univers des spiritueux et au Mont pour le Mont Saint-Michel, emblème absolu de la Normandie !

La fabrication

Photo
Photo, © Xavier Lachenaud
Photo
Photo, © Xavier Lachenaud

Léa utilise uniquement du cidre dans ses préparations. Elle se fournit dans une cidrerie proche de Gavray. Elle distille le cidre dans son alambic pour augmenter le degré d'alcool (qui passe environ de 3 à 33 degrés). Elle recommence ensuite pour obtenir de l'eau de vie de cidre. Le liquide contient alors entre 70 et 80 degrés d'alcool.

Léa ajoute ensuite de l'eau ou du sirop pour réduire l'alcool. Pour les liqueurs, une période de macération de 1 à 3 mois est nécessaire. Pour le moment, la jeune distillatrice propose des liqueurs de menthe, châtaigne et citron. La saveur fraise viendra bientôt compléter la gamme. La menthe et les châtaignes proviennent de son jardin où elle fait sa cueillette ! 

Tout est fait main. De la production à la mise en bouteille. Et j'essaye le plus possible de me fournir auprès d'acteurs locaux ou français quand il n'existe pas de producteurs normands. Le cidre vient d'une cidrerie à 10 minutes de Gavray, idem pour les fraises, les bouteilles viennent de Lisieux. Et pour les épices du Gin et du Pastis, elles proviennent d'un herboriste basé dans l'Est. Les citrons viennent de Corse.

La distribution

À la fois productrice, commerciale, livreuse, comptable, communicante... la jeune entrepreneuse manchoise n'a pas assez d'heures en une journée mais elle aime ce défi ! Depuis sa création, Léa a fabriqué entre 200 et 300 bouteilles de Pastis. Elle s'occupe du démarchage commercial pour présenter ses boissons aux professionnels : restaurants, bars et caves.

Très appréciés, les produits Montjoie sont déjà distribués dans quelques restaurants et bars de Cherbourg, Lengronne, Saint-Lô, Coutances, Saint-Pair-sur-Mer et au camping Château Lez-Eaux.

À Coutances, les boissons sont vendues dans une cave et à la Ferme Coutançaise (magasin de producteurs locaux). Il est également possible d'acheter les produits directement à la distillerie. 

Photo
Photo, © Xavier Lachenaud

Sur demande, l'atelier est visitable. Léa vous expliquera ainsi toutes les étapes de fabrication et vous fera déguster ses boissons. La jeune entrepreneuse fait quelques marchés estivaux ou de Noël. La distillerie fait aussi partie du programme des "visites du jeudi", qui valorisent les artisans et producteurs locaux de la Manche. Vous pouvez également vous procurer les produits en les commandant en ligne. 

 Acheter 

Et après ?

Pour l'instant, les boissons Montjoie sont uniquement distribuées dans la Manche mais la jeune entrepreneuse compte bien continuer son démarchage au delà des frontières du territoire. Léa souhaite également étendre sa gamme de liqueurs, toujours dans le respect de la saison pour choisir la saveur. Elle aimerait également remettre au goût du jour les alcools oubliés tels que l'absinthe, les vieilles liqueurs... Et pourquoi pas un jour, produire du whisky

La Manche, ici et nulle part ailleurs

Pour Léa, qui n'est pas originaire de la Manche mais qui a grandi à Ver, près de Gavray, il était évident qu'elle développerait son entreprise ici. Lorsqu'un local s'est libéré à Gavray, elle a sauté sur l'occasion. D'ailleurs, son voisin lui est familier puisqu'il s'agit de son frère. Il a créé une petite laiterie où il fabrique de la glace, du fromage blanc, des yaourts, du beurre... "Le local est bien placé pour faire les livraisons, je suis vite arrivée à Granville ou Coutances". 

S'installer dans la Manche

J'ai vécu 15 ans en région parisienne, j'ai suivi mes parents lorsqu'ils ont décidé de venir s'installer dans la Manche. Pour rien au monde, on ne reviendrait en arrière. Ici, il y a une bonne qualité de vie, la mer, des villes à taille humaine, du travail... C'était vraiment un souhait de ma part de revenir ici après mes études et d'y implanter ma distillerie. La Manche est un territoire touristique, ce qui est intéressant pour mon entreprise. Et il y a aussi une richesse agricole qui est importante pour moi, au vu de mon activité. 

Cela peut vous intéresser