Savoir-faire : l’excellence manchoise

5 entreprises aux compétences rares dans la Manche
Photo
Photo, © Emmanuelle de Maistre

Dans la Manche, les entreprises qui ont su allier techniques ancestrales et innovation sont nombreuses et pourtant méconnues. Le savoir-faire d’excellence reste discret : ici dans une menuiserie, là dans un atelier céramique ou une vannerie. Transmises depuis des générations, ces compétences spécifiques s’associent désormais à des techniques innovantes, avec une belle reconnaissance : le label d’état "Entreprise du Patrimoine Vivant". 

Certaines entreprises participent aussi à des chantiers inédits et renommés : Scotland Yard, Notre-Dame de Paris, Versailles… Sans le savoir, les manchois ont, tout près de chez eux, des entreprises qui rayonnent à travers leur excellence et leur singularité. Zoom sur 5 sociétés à l’expertise rare.

Lehodey Vani-Bois

entre savoir-faire ancestral et boutiques de luxe

À Rémilly-sur-Lozon, depuis 160 ans, la famille Lehodey tresse des fibres végétales. Dans cette petite entreprise artisanale, le travail de l’osier est une histoire de famille depuis 5 générations (à découvrir dans le musée adjacent). Paniers, malles, puis mobilier dès les années 60, et aujourd’hui agencement de magasins et de cuisines, Lehodey Vani-Bois a toujours su innover pour s’adapter à l’évolution de la demande. Depuis 1995, un atelier de menuiserie est ainsi venu s’ajouter à l’activité ancestrale de vannerie.

Aujourd’hui, les 14 membres du bureau d’études et de l’atelier de menuiserie conçoivent et fabriquent des meubles sur-mesure pour les particuliers et les professionnels. Ils aménagent également des magasins pour de grandes marques telles que Hermès pour laquelle ils ont habillé en 2020, la boutique éphémère de Saint-Tropez. Lehodey Vani-bois travaille également pour Saint-James, le théâtre et le Mémorial de Caen, le Crazy Horse à Paris…

Bien que 90% du chiffre d’affaires actuel proviennent de cette activité, la vannerie reste l’emblème de cette entreprise d’excellence. Dans son atelier, le maître vannier, Christian Sauvage, tresse des objets de décoration et d’ameublement au design contemporain destinés à une clientèle principalement étrangère. Depuis 2006, Lehodey Vani-Bois est labellisé "Entreprise du Patrimoine Vivant", une belle récompense pour ce savoir-faire séculaire d’excellence.

Lehodey Vani-Bois

Qu’est ce que le label
"Entreprise du Patrimoine Vivant" ?

C’est un label attribué par l’État aux entreprises françaises qui ont un savoir-faire artisanal ou industriel d'excellence. Il existe depuis 2005 et est remis pour une période de cinq ans renouvelable. Sont concernées les entreprises travaillant dans le domaine des équipements industriels, médicaux et mécaniques, les arts de la table, la culture et communication, la gastronomie, l’architecture et le patrimoine bâti, la mode et la beauté, l’ameublement et la décoration, les loisirs et les transports.

La certification "Entreprise du Patrimoine Vivant" (EPV) valorise et soutient les structures qui détiennent un savoir-faire d'excellence rare, complexe ou ancestral et qui allient parfaitement tradition et innovation.

Dans la Manche, 20 entreprises sont labellisées EPV.

Les Entreprises du Patrimoine Vivant dans la Manche : 

  • Atelier du cuivre
  • Bodin
  • Chaudrolux
  • Fauvel
  • Fonderie Cornille-Havard SAS
  • Général au Service du Cheval
  • Grandis
  • James 1840

  • Laudescher
  • Jacky Leduc 
  • Lehodey Vani-Bois
  • Les Ateliers Aubert-Labansat
  • Maisons d'histoire
  • Maisonneuve Citerne
  • Manufacture de Parapluies de Cherbourg
  • Mauviel 1830

  • MDG Création Métal
  • Mulann Industries
  • Multiform
  • Simon Frères
  • Theault
  • Tricoterie du Val de Saire
  • Tricots Saint-James

Les ateliers Aubert-Labansat

Redonner toute leur splendeur aux monuments français

Le château de Versailles, la cathédrale Notre-Dame de Paris, l’hôtel des Invalides, le Mont Saint-Michel, la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption à Saint-Pierre en Martinique, la maison Victor Hugo à Guernesey… Tous ces édifices prestigieux ont un point commun : ils sont passés par les mains expertes des menuisiers et charpentiers des ateliers Aubert-Labansat. L’entreprise d’excellence de Coutances, créée en 1890, est aujourd’hui spécialisée dans la restauration de monuments historiques et de patrimoine ancien, une activité débutée dans les années 50. Boiseries, treillages, parquets, sculptures, charpentes, escaliers… le savoir-faire unique de l’équipe (60 personnes) redonne vie à ces ouvrages. Au plus près de l’identique ou selon l'interprétation des architectes si besoin, chez Aubert-Labansat (labellisé "Entreprise du Patrimoine Vivant"), les ébénistes, sculpteurs, charpentiers,... allient savoir-faire ancestraux et modernité pour restaurer le patrimoine historique.

Photo
Photo, © Alice Bertrand pour Attitude Manche

Chêne local, chaudière alimentée par les copeaux et chutes de bois, formations internes et transmission du savoir-faire aux apprentis, machines traditionnelles, moulures "maison", site accueillant 3 entreprises du patrimoine, les Ateliers Aubert-Labansat sont véritablement attachés au respect de l'environnement et au bien-être des salariés.

Les Ateliers Aubert-Labansat

Bien que les chantiers soient nombreux en région parisienne, il est inconcevable pour le directeur de délocaliser l’entreprise et de quitter la Manche et son cadre de vie.

Les Ateliers Aubert-Labansat recrutent, découvrez leurs offres d'emploi

Fauvel - Normandy Ceramics

Au service des monuments historiques et des cuisines design

À Moon-sur-Elle, l’entreprise Fauvel fabrique, à la main, des carreaux de terre cuite naturelle et émaillée depuis 60 ans. Historiquement spécialisée dans la fabrication de faîtières, cette entreprise artisanale d’excellence travaille aujourd’hui pour des monuments historiques de renom mais aussi pour les particuliers. Au Mont Saint-Michel, les faîtières et le pavage du réfectoire ont ainsi été restaurés par l’atelier normand. Le grand Trianon de Versailles, le donjon de Vincennes, les cathédrales de Coutances et de Bayeux… tous ces monuments sont aujourd’hui parés de faîtières et de carreaux Fauvel. La seconde identité de l’atelier, Normandy Ceramics, propose quant à elle des pièces contemporaines pour l’aménagement et la décoration selon les envies des designers et des particuliers. Là où Fauvel travaille de l’argile rouge local, Normandy Ceramics utilise, quant à elle, des terres blanches venant de carrières durablement gérées en France et en Allemagne.

Chaque pièce fabriquée est unique et ce savoir-faire d’excellence mêlant procédés ancestraux et innovation est récompensé depuis 2006 par la labellisation "Entreprise du Patrimoine Vivant".

Photo
Photo, © Emmanuelle de Maistre
Photo
Photo, © Emmanuelle de Maistre
Photo
Photo, © Emmanuelle de Maistre
Photo
Photo, © Emmanuelle de Maistre

Il y a encore 10 ans, l’argile rouge était extraite dans la carrière attenante à la fabrique, à Moon-sur-Elle. Aujourd’hui épuisée, elle est devenue une réserve naturelle et Fauvel se fournit désormais au Molay Littry (à 15 km). Matière première locale, la main d'œuvre l’est aussi car les 15 employés habitent à moins de 15 km de l’entreprise. Ici pas de turn-over, les artisans céramistes sont formé·e·s en interne à ce savoir-faire d’excellence 100% artisanal, cette formation n’existant nulle part ailleurs.

Laudescher

Le clan Laudescher : De l’artisanat à l'industrie

Il y a 60 ans, Marcel Laudescher crée son entreprise de menuiserie traditionnelle ; ils sont alors 10 passionnés de bois. Dès le début des années 80, il se lance dans la conception et la fabrication de claustras, une innovation qui va faire la renommée de l’entreprise Laudescher. Le procédé de l’entaille à mi-bois que le menuisier met alors au point est un savoir-faire unique et novateur. C’est le début de l’air des claustras qui fleurissent dans de nombreux lieux de restauration collective. Marcel Laudescher décède brutalement en 2000 et ses 2 fils, qui sont passés par tous les postes de l’entreprise, reprennent la société en conservant son ADN. Aujourd’hui l’entreprise de Carentan est spécialisée dans la conception et la fabrication de solutions architecturales pour l’habillage acoustique intérieur des murs et plafonds. 50 personnes travaillent sur ces panneaux en bois massif qui réduisent les nuisances sonores et les réalisations sont prestigieuses : New Scotland Yard, le parlement européen, le stade nautique de Mérignac…  

En 2020, Laudescher a construit un nouveau bâtiment de 600m² dédié à la recherche : prototypage, pré-test acoustique dans un ancien container, école de pose,… le laboratoire à l’architecture innovante est à l’image de l’entreprise : singularité et design au service du bien-être de tous.

Photo
Photo, © Alfred Cromback

Chez Laudescher, la qualité de vie au travail est donc au cœur des préoccupations, tout comme l’environnement. La société est entreprise à mission, labellisée B-Corp et Entreprise du patrimoine vivant. Des certifications qui démontrent l’expertise globale de cette entreprise d’excellence manchoise qui a su depuis 60 ans allier savoir-faire unique et innovation, mais aussi protection de l'environnement et de ses collaborateurs.

Laudescher

Aurys

Dans les traces de la Galerie des glaces

Aurys est une société bien ancrée dans le paysage manchois : depuis 1972, elle transforme du verre pour l'aménagement intérieur dans son usine de Carentan-les-Marais. Sur son site de 30 000 m², 150 personnes dont une centaine d’opérateurs travaillent les plaques de verre pour en faire un produit fini unique et 100% français. En effet, Aurys est le seul fabricant de miroirs en France et ce savoir-faire d’excellence s’ajoute à leur expertise dans la fabrication de verres laqués, sérigraphiés, de sécurité et impression digitale. Leurs clients sont divers : professionnels verriers (transformateurs et distributeurs), fabricants de meubles et grandes enseignes de distribution spécialisées. La verrerie de Carentan propose ainsi des produits standards mais également sur-mesure comme des miroirs antiques pour les États-Unis ou les Émirats ou des miroirs incisés sous argenture pour un palace de renommée mondiale à Paris. Une expertise reconnue dans 18 pays et qui génère aujourd’hui 50% de leur chiffre d’affaires.

Pour transformer chaque année les 2 millions de m² de verre, les machines sont nombreuses : elles font gagner en rapidité et flexibilité, l'automatisation rend les processus de production plus performants et réduit ainsi la pénibilité. Un bien-être au travail qui compte pour les dirigeants d’Aurys tout comme leur empreinte environnementale. Les déchets de verre sont réutilisés, les nouvelles machines sont moins énergivores et la consommation d’eau est raisonnée. L'innovation qui fait la force de cette entreprise d’excellence s’applique ainsi aux produits, à l'organisation du travail et à leur démarche environnementale.

Aurys

Photo
Photo, © Aurys
La Manche, terre de miroitiers

Au milieu du 16e siècle, une verrerie s’installe à Tourlaville, à côté de Carentan. Richard Lucas de Néhou, ami de Colbert y fait du verre blanc pour les fenêtres du Val-de-Grâce à Paris. En parallèle, il se lance dans la fabrication de glaces à miroirs. En 1685, la Manufacture de Tourlaville fournit les 357 miroirs de la Galerie des glaces du château de Versailles. La renommée de la manufacture est née. Aujourd'hui, plus des deux tiers des miroirs sont encore visibles dans la grande galerie. Entre périodes de prospérité et de crise, la manufacture ferme définitivement en 1830 au profit de Saint Gobain.

Aujourd’hui le musée “Connaissance du Cotentin”, à La Glacerie, retrace l‘histoire et les souvenirs de l’ancienne Manufacture royale des glaces à miroirs créée par Colbert. On peut aussi y découvrir des coiffes normandes et des objets du quotidien.

Le musée est ouvert les dimanches de mi-juin à mi-septembre de 14h30 à 18h00.

Cela peut vous intéresser